Monday, April 17, 2006

COMME DES BLEUS DE CÈZANNE

à Clément
Nous voici -TROIS- innocents dans le voyage d'images nouvelles. Nous voici dans un périple de visions interdites -Bientôt au coeur du stade, au coeur du dragon rouge. Nous voici à nouveau et ailleurs -RENAISSANTS-. Comme des bleus de Cézanne. Gwendydd "J'ai beaucoup de mal avec moi-même". Je plongerai mes doigts dans le bleu froid du fond de mon crâne, à la juste recherches de nos plus simples souvenirs. -"J'ai toujours eu le souvenir qu'il en soit ainsi". À jamais c'est une belle soirée, le jeune fils marche encore dans le soleil sur la rive de la baie du tigre. Puis la brume murmure.... Il y a des chansons qui font la pluie. -Elles savent aussi émouvoir.- Il y a des chansons qui font pleurer comme des bleus de Cézanne. Gwenddydd : "...comme des lettres à des copains.". Toutes les ombrelles sont ouvertes aux cieux de la baie de Caerdydd... jusqu'au Tigre du Mexico. J'accepte de tenir ta main, si tard dans la nuit le fils joue aux échecs avec le père, et toi ne cherches pas un sens trop compliqué à la formule de ce poème çi. From Barry Station, de précieux galets roses plein les poches, je visionne des clips vidéo en anglais dans un pub estival et populaire de Barry, avec le goût d'une épaisse bière brune irlandaise au fond de la gorge. -DEUX-. Au retour, de passage à Londres vers Victoria Station, à l'angle extérieur d'un pub vide, chagrins -trop matinal- nous passons le jeune fils et moi. Comme c'est étrange, nous nous revoyons avec la lointaine, assis là... puis marchant sous de tendres soleils gallois.
Août 2000, C.Edziré Déquesnes
Ce poème existe (et a été publié aux Editions Part en Thèses) sous une forme de vers arithmonyme de dix ;il est le chant sixième de la première saison des "Nouveaux chants du Mabigoni".

0 Comments:

Post a Comment

<< Home